Médico-Social : nous exigeons de vraies négociations !

2021-04-22  

Le 8 avril dernier, nous nous sommes mobilisé.e.s dans les rues de Bayonne.

irudia

Un nouveau décret, signé le 17 février 2021, faisant suite aux discussions qui ont lieu dans le cadre du Ségur de la Santé , exclut encore de nombreux agents issus des établissements sociaux et médico-sociaux.

Nos secteurs qui s’occupent des personnes les plus fragiles méritent également d’être reconnus à leur juste valeur. Le Ségur de la Santé , ainsi que le projet de loi de financement de la sécurité sociale nous a oublié au grand dam de milliers de professionnels dévoués corps et âmes à des métiers qu’ils ont choisi et qu’ils aiment . Toutes nos structures assurent pourtant une réelle continuité dans l’accompagnement et les soins.

Messieurs et dames politiques, cette injuste exclusion est bien éloignée de vos discours de solidarité et de reconnaissance dont vous avez inondé les conférences de presse et chaîne d’information. Il s’agit du Ségur de l’inégalité pour nous salariés du médico-social , de cynisme et de malhonnêteté intellectuelle dans vos annonces qui martelaient que tous les personnels seraient concernés. Cette absence d’équité , intenable pour les salariés et les directions d’établissement, nous la dénonçons. La perte d’attractivité pour nos secteurs exclus de la revalorisation se fait déjà ressentir sur le terrain.

A postes et compétences équivalents, la différence de salaire crée une concurrence entre établissements. Il est à prévoir que nos structures feront face à certains effets pervers de décisions prises par nos gouvernants. Des inégalités de traitement pourraient entraîner une vague de départs vers le secteur médicalisé. Les établissements ont de plus en plus de mal à recruter du personnel et la situation va se dégrader si nos salaires ne sont pas revalorisés.

Trop souvent oubliés et invisibles, les professionnels du social et médico-social doivent être reconnus et considérés au même titre que les autres acteurs du soin et obtenir immédiatement les mêmes augmentations salariales. Nous faisons le même travail, rien ne justifie cette différence de traitement .Le ségur de la santé est humiliant pour les professionnels de notre secteur et les manifestations de mécontentement face au mépris de nos organismes de tutelle se font de plus en plus nombreuses.

Signe que la colère gronde de plus en plus fort, les luttes se multiplient sur l’ensemble du territoire depuis maintenant plusieurs semaines . Les inquiétudes restent profondes pour nous , professionnels qui demandons à être traités avec équité vis à vis de nos collègues qui ont un diplôme ou une fonction équivalente.

Les organisations syndicales ont saisi et alerté les responsables politiques de son exigence de transposition, dans l’article 25 du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2021, d’un complément mensuel de salaire de 183 euros nets à l’ensemble des salariés du secteur social et médico-social . Cette exigence est portée avec force pour que les invisibles et les exclus soient enfin entendus et respectés.

Pour optimiser nos accompagnements, nous avons besoin de personnels bien dans leur tête, bien dans leur corps. Le mal être psychologique et physique, qu on peut rencontrer dans les structures du médico-social peuvent être un frein à une prise en charge optimale de nos résidents, des jeunes que l’on assiste.

Une société se juge à la façon dont elle traite les personnes les plus fragiles. Arrêtons avec les logiques comptables et remettons l’humain au centre des préoccupation .

Ces politiques uniquement basées sur les chiffres ne sont pas compatibles avec l’accompagnement des personnes en situation de vulnérabilité, de détresse.  Il est très important d’occuper le terrain , de montrer qu’on est là . A travers votre présence , vous exprimez votre mécontentement face à tant d’injustice . Il n’y a rien de pire que de ne rien faire . George Orwell écrivait : « Le discours politique est destiné à donner au mensonge l’accent de la vérité , à rendre le meurtre respectable et à donner l ‘apparence de la solidarité à un simple courant d’air » . Cette solidarité entre professionnels en lutte , je l’observe depuis des mois , continuons à prouver à nos gouvernants qu’ elle n’est pas un courant d’air , que nous nous enrichissons dans l’entraide , la cohésion et la fraternité , avec un but commun , l’épanouissement de chacun dans le respect de nos différences . Alors bravo à tous pour votre engagement continu . C’est la somme de tous ces rassemblements qui fera plier le gouvernement français et qui fera notre victoire 

Iruzkinak egiteko aukera desgaituta dago

Ekintza Sozialeko Komunitatea sortzeko topaketak

TPE Hauteskundeak. Nola bozkatu? Comment voter ?

Lan harremanak eta negoziazio kolektiboaren esparrua Ipar Euskal Herrian

LAB NOR DA

QUI EST LAB